Ma petite entreprise connaît pas la crise (1/4)

Cet article est différent de ceux que j’ai l’habitude d’écrire, car je ne vais pas parler des outils informatiques que j’utilise au quotidien (outils qui me font gagner du temps et donc de l’argent), mais je vais partager mon expérience entrepreneurial. Jeffinfo vient de souffler sa 12ème bougie, 12 ans de haut et de bas où je n’ai jamais renoncé. Parce que pour moi travailler dans sa passion et à son compte, c’est la plus belle vie qu’on puisse rêver . 

 

Cependant créer son entreprise n’est pas une chose facile, le titre de mon article reprend celui de la chanson de Bashung (même si dans la chanson “sa petite entreprise” n’est pas une entreprise ^^) mais il fait allusion aussi à un excellent livre de François Bourin : “Ma petite entreprise a connu la crise”. L’important, quand on devient entrepreneur, c’est de rebondir sur le mur que l’on vient de se prendre au lieu de s’écraser dessus.

 

La création

 

Novembre 1999, je viens de recevoir mon diplôme d’École de Commerce et contrairement à tous mes camarades de promo je ne cherche pas un travail, j’ai décidé de créer mon entreprise afin de pouvoir m’épanouir dans ma passion : l’informatique. J’ai deux atouts supplémentaires :

 

  • le capital de départ : j’ai les fonds nécessaires à la création sans avoir recours à un prêt bancaire grâce à mes investissements en Bourse qui ont fructifies durant mes études
  • l’indépendance financière : en refusant de devenir salarié, je divise par trois mes revenus potentiels mais j’ai déjà adapté mon train de vie afin de pouvoir vivre uniquement sur mes revenus fonciers

 

Février 2000, c’est le grand jour, JEFFINFO SARL vient d’obtenir son immatriculation . Je me spécialise dans la vente, dans la réparation de matériel Informatique et je commence à trouver mes premiers clients. Pour les trouver, j’utilise mon réseau d’anciens élèves d’école de commerce, d’ailleurs depuis 12 ans je ne prospecte que par relationnel. Car il ne faut pas oublier : un client content c’est votre meilleur commercial.

 

Juin 2000, c’est la première embauche : un webmaster. Le marché du site web a l’air porteur et je m’engouffre dedans. J’investis dans mes bureaux (ordinateurs et logiciels, téléphones, armoires….) Nous prenons toutes les commandes et nous nous retrouvons vite débordés. Je ne surveille plus les chiffres et me laisse griser par cette envie de faire plus de ventes (plus tard, je vais comprendre que le Chiffre d’affaire n’est pas important, c’est la marge commerciale le meilleur indicateur).

 

Je termine l’année fatigué, je travaille jour et nuit et je ne sais même plus à quoi ressemble un week-end. Notre trésorerie est au plus bas et donc je commence à brader nos services (Choses à ne jamais faire, car on discrédite la valeur de son travail, ce qui est négatif à la fois pour le porte monnaie et pour sa propre estime)

 

Avril 2001, c’est le clash, je dois licencier mon webmaster. En effet l’activité web est une catastrophe, pourtant tout avait bien commencé mais certains projets web trainaient dans le temps et leur paiement aussi. En 1 an, le capital initial de la société avait fondu comme du beurre au soleil. Je fais donc appel à mes actionnaires afin de remettre de l’argent en compte courant pour éliminer ce problème de trésorerie. Un nouveau départ commence.

 

La grenouille qui voulait devenir un bœuf

 

De 2002 a 2004, j’ai explosé mon Chiffre d’affaire. Je n’avais pas encore compris mes erreurs passées, car mon chiffre d’affaire augmentait mais mes dépenses aussi. Jeffinfo devient une fourmilière, j’embauche à tour de bras, le compte en banque de la société fait du yoyo mais mon banquier est optimiste (je vais comprendre plus tard que le banquier n’est pas un ami, c’est un fournisseur). Après tout, normal mon fond de roulement augmente, mes frais bancaires font de même.

 

Je cherche une activité avec un revenu récurrent (il m’aura d’ailleurs fallu 8 ans pour trouver la bonne activité), afin de plus courir après les contrats dés le début de mois. Je me lance donc dans la création d’une salle de jeu Réseau. A cette époque, je conçois des ordinateurs pour de nombreux gamers et je participe à des LAN parties. En demandant autour de moi, si cela est une bonne idée et si ils seraient intéressés par un tel service, je me lance donc dans la création de ma salle de jeu. Immense erreur de se fier uniquement au chiffre d’une étude de marché. En effet, demander à quelqu’un si il veut acheter un produit, il vous dira oui, demander lui de sortir son portefeuille…..et vous verrez la réponse. Avant de lancer un produit, il faut le tester sur un petit panel de consommateur et remonter les informations, car c’est en vendant un produit qu’on peut le rendre viable.

 

Je réussis aussi à travailler pour une multinationale, remporter l’appel d’offre fût sans doute la chose la plus facile. Les ennuis ont commencé après, j’apprends par exemple qu’il y a des conditions générales d’achat qui supplantent mes conditions générales de vente. Il y a aussi un pourcentage du marché qui est gardé en garantie et qui sera payé 1 an après la livraison du logiciel. Je passe aussi sur les trois ou quatre signatures indispensables au paiement de la facture. L’eldorado que je pensais avoir trouvé se transforme en enfer, mais le projet se terminera et le paiement arrivera sur le compte bancaire 18 mois après le départ du projet (moins bien sur la garantie qui arrivera un an plus tard).

 

 A compter tu apprendras

 

C’est durant l’été 2003, où j’ai décidé de me remettre à la compta. En effet, le comptable m’annonçait un résultat net prévisionnel de 18 000 €, on terminera avec une perte de plus de 20 000 €. Les chiffres me semblent faux et j’ai raison il y a une erreur dans le calcul des charges, une erreur de 30%…..Je repense à mes erreurs en 2001 et je coupe de nouveau dans les dépenses, je garde un employé à mi-temps. Je stop mon projet de salle de jeu réseau qui semble vouer à l’échec (le futur me donnera raison, très peu de salle de jeu réseau ont survécu). Je pratique la même chose qu’en bourse, dés fois il faut mieux se couper un bras afin de ne pas perdre l’autre. Je vais de nouveau remettre de l’argent dans la société, mais cette fois ce sera la dernière, une promesse que je me suis fait et que j’ai tenu.

 

Mais si je dois remettre de l’argent, c’est parce que mon banquier est parti en retraite. Mon nouveau banquier, un jeune qui sort de l’école, me coupe mes lignes de crédit. Il m’explique que c’est la crise et que donc je n’ai plus de découvert autorisé. En 2003, mes frais bancaires explosent et s’élèvent à plus de 4000 €. C’est un cercle vicieux, je n’arrive plus à remonter. Le banquier me demande alors une hypothèque sur mes biens immobiliers (le rapace). Il ne sait pas que je travaille avec deux autres banques pour mes autres activités et que je ne suis pas prêt de lui signer son papier. Je comble donc le déficit et je change de banque.

 

En 2004, je me sépare de mon employé. La vente de matériel informatique représente 70% du Chiffre et mon fournisseur me propose de faire le montage des machines. Les marges diminuent de plus en plus et je perds un marché qui devait sauver mon année. Ce qui m’apprendra, qu’il faut mieux avoir 10 petits projets plutôt qu’un gros (pareil pour les clients d’ailleurs). Le licenciement ne se passera pas bien et j’en garderai pendant de longues années un souvenir douloureux. Ce sera aussi mon premier et dernier entretien de licenciement avec un délégué syndicale. Comme si licencier est un hobby pour un chef d’entreprise, ce n’est pas facile et quand on le fait c’est pour que la société ne coule pas, et non pas par plaisir.

 

Fin 2004, je me retrouve donc solo. J’en profite aussi pour me restructurer. Mes bureaux deviennent un entrepôt de stockage et je décide de travailler chez moi. Je décide aussi de me séparer de 50% de mes clients ce qui fait descendre mon Chiffre d’affaire de 20% mais j’ai beaucoup plus de temps pour moi et c’est cela le plus important.